Proposition de refondation d’une commission médicale


Dès sa fondation, l'ADMD a mis en place une commission juridique dont le but était de rédiger des propositions de loi, et une commission médicale.

 

Cette dernière visait à harmoniser les pratiques d'accompagnement des soignants adhérents puis des médecins-conseillers qui se rendaient disponibles, surtout auprès des délégués.

 

Les réunions avaient lieu 2 à 3 fois par an, médecins et infirmiers y participaient ; le groupe comptait entre 50 et 100 personnes, la présidence de la commission a plusieurs fois changé de main, le fonctionnement a parfois été irrégulier mais persistant jusqu'en 2012.

 

Une commission spécifique « infirmière » a aussi été créée suite à l'arrivée d'adhérentes qui trouvaient peu de réponse auprès des médecins mais elle n'a pas duré.

 

Les propos souvent très agressifs contre le corps médical, tenus en public par le Président de l’ADMD, ont  facilité de nombreuses défections de médecins comme Denis Labayle, J-L Chir, E. Katz, M. Dat, Romano, J-M Esther, Bergeron, etc. ce qui, le vieillissement aidant n’a pas favorisé le renouvellement des effectifs.

 

Du coup, la commission médicale s'est peu réunie depuis 2012, il n'y a pas de formation concernant la manière d'imposer diplomatiquement et confraternellement aux autres médecins l'application des lois déjà en place en s'appuyant notamment sur les directives anticipées dont nous disposons.

 

Les médecins et infirmiers sont isolés, chacun intervenant comme il peut.

Le service « ADMD écoute » est souvent démuni et les délégués aussi.

 

Même si la doctrine officielle est d'appliquer la loi et pas plus, il est indispensable pour notre association de pouvoir :

  • disposer de médecins qui apportent un soutien idéologique, technique et pratique, en capacité de médiation avec les membres du secteur sanitaire ;
  • montrer que nombre de médecins « ADMD » sont favorables à une nouvelle loi et certains engagés de fait dans l'accompagnement en fin de vie ;
  • éviter que nos adversaires puissent dénoncer et caricaturer les attaques parfois simplistes de notre actuel président ;
  • associer des médecins à la permanence d'écoute pour en augmenter l'efficacité ;
  • conseiller les délégués et les former à une approche plus technique des cas qui leur sont présentés.

La liste « Pour une mort sereine » s'engage à refonder une commission médicale active qui sera le lieu de ces rencontres.



Télécharger
Pour le rétablissement d'une commission médicale à l'ADMD
@MortSereine@ctualités-LI#13.pdf
Document Adobe Acrobat 316.4 KB