L’ADMD et les médecins : rétablir une relation de confiance


Pendant une trentaine d’années après la création de l’ADMD, les médecins ont pris une part active à la vie de l’association. Par la suite, las de se faire insulter, nombre d’entre eux sont partis ; à quelques exceptions près, ceux qui sont restés font profil bas. Il y en a néanmoins parmi les candidats au Conseil d’Administration et dans les deux listes. Après un résumé de l’histoire des médecins dans l’ADMD, nous vous présenterons les propositions de la liste « Pour une mort sereine » sur le sujet.

Quelques rappels historiques
(pour une information plus complète, télécharger le texte de Jean-Daniel Nessmann : "L’ADMD et les médecins", ci-dessous)
 
1980   Création de l’ADMD : de nombreux médecins y participent activement, dont
           Gilbert GOUJON, Bernard SENET, Claudine LASSEN, le Pr FRIES
 
Deux médecins présidents de l’ADMD

2001 - 2005
           Jean COHEN : en 2002, il organise à l’Assemblée Nationale un Colloque sur le thème
            “XXIème siècle, vers quelle fin de vie”, à laquelle participent médecins et infirmières.
            En mars 2007, le Dr Denis LABAYLE lance « l’appel des 2000 soignants ayant affirmé avoir
            aidé des malades à mourir...”.

2005    Gérard PAYEN : il introduit Jean-Luc ROMERO, politique engagé UMP.

Contexte juridique

2006    L’ADMD est agréée pour représenter les usagers du système de santé.
             Daniel CARRÉ, adhérent, devient rapidement une référence au sein du CISS (Collectif Inter-associatif Sur la Santé).
 
RUPTURE
2007    Élection de Jean-Luc ROMERO ; sur le modèle d’un parti politique, le nouveau président
             installe son équipe.
             Démissions d’Henri CAILLAVET et du secrétaire général, puis de deux vice-présidents (dont
             le dernier médecin présent à l’époque au CA, Claudine LASSEN)
 
2011    Lors de l’AG de Lille le 18 juin 2011, élections pour le renouvellement de quatre membres
             du CA maintenant réduit officiellement à douze membres élus par les adhérents.
             Deux listes et quelques candidatures indépendantes sont présentées.
             On note une liste fort intéressante de trois médecins dont le docteur LABAYLE, intitulée “Pour étendre notre action vers le corps médical”.
             Cette liste n’est pas soutenue par le président, aucun n’est élu. Le docteur LABAYLE présente sa démission à l’ADMD.
 
2012     La Mission du Professeur SICARD

Ancien président du Comité Consultatif national d’Éthique, le professeur SICARD est chargé par François HOLLANDE de mener une réflexion sur la fin de vie en France. Il organise pour ce faire colloques et débats-citoyens dans les grandes villes.

Rejetant d’emblée le professeur comme ‘mandarin’, ‘catholique’ (il est en réalité protestant), Jean-Luc ROMERO voit un piège dans les consultations où est conviée l’ADMD et refuse de donner sa caution aux propositions de la Commission.

Or, dans le quotidien le Monde du 19 juillet 2012, le Professeur SICARD déclarait en grand titre : “La question de la fin de vie n’appartient pas aux médecins”…

2015       L’attitude de non soutien à la loi Leonetti, affirmée dès 2005, se confirme ;
               l’opposition systématique du président ROMERO est irréductible et toujours d’actualité.
 
Le point de vue et les propositions de « Pour une mort sereine »
  • La question de la fin de vie touche tous les citoyens quelles que soient leurs positions politiques qui doivent être respectées ; chacun doit pouvoir exprimer son point de vue au sein de l’association sans risquer l’exclusion pour des écarts d’opinion avec la présidence ;
  • Les médecins et tous les soignants sont des interlocuteurs indispensables pour aborder ces questions ; il importe de les associer à notre réflexion, nous saurons ainsi vraiment ce qu’ils pensent et nous redécouvrirons qu’il n’y a pas une pensée unique dans le corps médical ;
  • Nous développerons et activerons le réseau existant de médecins conseillers ;
  • Nous nous interdisons toute posture à priori et souhaitons retrouver la confiance des médecins et des personnels soignants ; nous pourrons ainsi de nouveau avoir le soutien de ceux qui mènent le même combat que nous et doivent, en outre, subir les agressions des soi-disant ‘pro-life’.
Ceux qui pensent que mourir dignement est un combat humaniste, philosophique et politique, sont désorientés par l’évolution des choses.

L’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité a bien changé depuis 2007.
Nous voulons l'aider à retrouver le Nord
Le 1er septembre 2017                                 


Télécharger
Jean-Daniel Nessmann : "L’ADMD et les médecins"
Historique ADMD Corps médical JDN.pdf
Document Adobe Acrobat 141.3 KB
Télécharger
L'ADMD et les médecins, rétablir la confiance
@MortSereine@ctualités-LI#10.pdf
Document Adobe Acrobat 589.0 KB